From soilto life
Nouvelles

L’azote nitrique

L’azote nitrique

L’azote existe sous la forme d’urée, d’ammonium et de nitrates. Pour les différents fertilisants azotés les proportions peuvent être différentes selon la forme d’azote. Pour faire le bon choix, il est utile de connaître les différences entre les formes d’azote.

Comment fonctionne l’azote nitrique

L’azote dans le sol se compose en partie d’ammonium et en partie de nitrates. Les nitrates (NO3) sont présents sous forme de solution dans l’humidité du sol. Lorsque le végétal absorbe de l’eau, il absorbe automatiquement des nitrates. Les nitrates sont extrêmement mobiles dans le sol et ils sont donc transportés rapidement vers les racines via l’humidité du sol. Par contre, les nitrates sont sujets à la lixiviation.

L’adjonction d’un inhibiteur de la nitrification au sol (ou au fertilisant) retarde la formation de nitrates issus de l’ammonium et évite ainsi la lixiviation. Le processus de la transformation de nitrates en protéines demande beaucoup d’énergie et d’eau au végétal (processus dans lequel les oligoéléments jouent un rôle important). En absorbant plus d’eau, le végétal absorbe plus de nitrates aussi. Cela peut provoquer une croissance explosive, pas forcément souhaitée, par l’élongation cellulaire à la place d’une prolifération cellulaire. Puisque le végétal (l’herbe) ne peut pas transformer ces quantités importantes, elles restent stockées dans les parties en surface (feuillage). A première vue, l’herbe pousse, mais en fait, il subit un stretching cellulaire. Le végétal est mou et a peu de structure.

La conversion urée nitrate