From soilto life
Nouvelles

La réduction de la volatilisation d’azote en chiffres

La réduction de la volatilisation d’azote en chiffres

L’agriculture libère différents gaz à effet de serre, principalement du CO2, du méthane et du protoxyde d’azote. Dans l’agriculture comme dans l’horticulture, les gaz à effet de serre proviennent en majorité de l’élevage et de la culture sous serre. Le réchauffement climatique se poursuit, mais ses effets néfastes semblent maîtrisables aux Pays-Bas. On s’intéresse beaucoup à la politique en matière de changement climatique et Triferto y participe en investissant dans des fertilisants innovants qui réduisent les émissions.

Le N2O

Dans l’agriculture, les fertilisants sont une source importante de gaz à effet de serre. Mais les techniques adéquates permettent justement de réduire les émissions de gaz à effet de serre. L’azote, sous la forme d’urée, est une source importante de gaz à effet de serre en tant que protoxyde d’azote. Un essai avec l’adjonction d’inhibiteurs d’uréase à l’urée a démontré que Triferto a réussi à réduire la volatilisation d’azote. Des tests ont été effectués sur des sols différents. Les fertilisants avaient été épandues sur de grandes surfaces et la volatilisation avait été mesurée au bout de 13 jours. Le temps chaud (27°C) était responsable de taux de volatilisation relativement élevés.

Réduction de la volatilisation de l'ammoniac.

Les inhibiteurs d’uréase sont judicieux

L’adjonction d’un inhibiteur d’uréase à l’urée réduit la perte d’azote non souhaitée due à la volatilisation. Il reste davantage d’azote disponible pour les végétaux, ce qui se traduit par un rendement plus élevé et une pollution plus faible de l’environnement. L’investissement dans les inhibiteurs d’uréase est donc judicieux.